Evolution d’un consultant : le bon timing

Si vous avez lui mon dernier article, vous êtes sûrement en train de réfléchir à votre plan de carrière. C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui de voir ensemble comment nous pouvons modéliser l’évolution d’un consultant en mission chez un client.

La loi suppose les contrats de prestation n’excèdent pas 3 ans. Cela évite que l’on s’éternise sur un même poste pendant des années mais empêche également de pouvoir progresser et monter les échelons chez un même client dans la durée.

Etudions cela à partir de la courbe théorique de progression sur une mission :

Lorsqu’un consultant débute une mission, il y apporte toute son expertise. Il lui manque cependant la connaissance des spécificités de l’environnement dans lequel il arrive. De plus, progression oblige, si la mission est d’un niveau un peu plus élevé que la précédente, il n’a pas forcément toutes les cartes en main. Un consultant fraîchement arrivé n’est donc pas au maximum de son potentiel. Pour le client, il faut accepter temporairement cette inadéquation et consacrer l’énergie nécessaire au consultant pour qu’il s’approprie le sujet.

On remarque qu’après une durée comprise entre 12 et 18 mois, le consultant ne progresse plus vraiment s’il reste sur le même poste. Il a acquis les principaux savoir-faire techniques et fonctionnels de son environnement et maîtrise pleinement son périmètre.

A ce moment-là, comme le consultant est pleinement opérationnel, le client a tout intérêt à le voir rester aussi longtemps que possible (36 mois) pour maximiser son retour sur investissement. L’inconvénient pour le consultant, c’est que pendant ce temps il ne progresse plus ; en termes de gestion de carrière il « perd son temps ».

Mais alors faut-il accepter de stagner pendant un an et demi pour satisfaire le client ? Inutile de compter sur son employeur pour accélérer la mobilité. Effectivement, pour la société de services il est plus intéressant de maintenir le consultant à son poste et encaisser ainsi une sorte de rente pendant 18 mois sans risque d’intercontrat ni d’effort commercial supplémentaire.

Alors comment faire?

Comme vous l’aurez compris, l’idéal pour une progression optimale est de changer de poste tous le 18 mois afin de continuer en permanence à engranger des compétences nouvelles sur votre mission. Il vous faut donc réussir à faire évoluer votre activité sans changer de mission puisque votre SSII refusera en général de vous faire bouger.

Nous verrons dans prochaines semaines comment y parvenir.

Load More