Comment répondre aux appels des recruteurs

Vous avez élaboré un CV qui vous fait vraiment sortir du lot et vous l’avez envoyé à tous les recruteurs potentiels. Il y a fort à parier à présent que votre téléphone se mette à sonner régulièrement. Pour transformer l’essai et décrocher un entretien, il reste une étape : être convaincant lorsque vous répondez aux appels des recruteurs.
La difficulté de l’exercice est qu’il vous prend un peu à l’improviste. Certes, vous vous attendez plus ou moins à être appelé, mais vous ne savez pas quand. Pour éviter les erreurs liés à la surprise, préparez-vous autant que possible.

Préparez un résumé de votre parcours en 3 minutes.

Avant de répondre aux recruteurs, habituez-vous à présenter votre parcours en 3 minutes. C’est exercice, dit « de l’elevator pitch », vous permettra de mettre en avant vos qualités au moment opportun dans la conversation. Comme il est assez délicat, je vous conseille de vraiment le travailler : rares sont ceux qui peuvent improviser un bon pitch.

Prévoyez d’avoir systématiquement sur vous de quoi noter.

Si vous êtes à-côté de votre PC, pas de souci. Mais comme vous allez devoir sortir de temps en temps, il n’est pas inutile d’emporter un carnet et un stylo. C’est d’ailleurs une bonne habitude à prendre de façon générale. Vous pourrez ainsi noter les points clés à la volée si on vous appelle.

Tout numéro inconnu ou masqué est potentiellement celui d’un recruteur.

Comme vous ne connaissez pas a priori le numéro des recruteurs qui vont vous appeler, partez du principe que tout numéro appelant inconnu est celui d’un recruteur. Décrochez donc et commencez la conversation sur un ton professionnel :

[Nom] [Prénom], bonjour…

Au pire, si ce n’est pas un recruteur mais votre ex ou un démarcheur téléphonique, ils s’en remettront et vous passerez pour le professionnel que vous êtes.

Répondez systématiquement lorsque votre environnement sonore l’autorise.

Vous avez le droit de ne pas être joignable à tout instant, nous y reviendrons, mais, sauf à ce que votre profil soit vraiment hors du commun, vous risquez de passer à côté d’une belle opportunité. De nombreux recruteurs abandonnent lorsque le candidat n’est pas disponible et passent au suivant. Sauf à être dans le métro ou en boîte de nuit (peu probable vu l’heure), décrochez donc autant que possible.

Concentrez-vous sur l’appel et évitez toute distraction.

Montrez à votre interlocuteur que vous lui accordez toute l’attention qu’il mérite en prenant le temps d’éliminer toute source de distraction. Vous pouvez parfaitement lui demander quelques secondes pour trouver un endroit calme ou fermer votre navigateur. Il comprendra et il appréciera.
Pour vous, c’est une façon de rester concentrer sur la suite de l’échange et de ne rien en perdre. On n’arrive pas à grand-chose quand on parle à un inconnu tout en consultant sa page facebook…

Souriez.

Un sourire, ça s’entend. Si vous ne me croyez pas, faites-en l’expérience en appelant vos amis et en souriant (ou pas). Demandez-leur ensuite quelle a été leur impression.
Le sourire transmet votre enthousiasme et le plaisir que vous avez à converser avec votre interlocuteur ; or les personnes qui réussissent prennent plaisir à ce qu’elles font. Si pour vous les entretiens téléphoniques sont une corvée, vous n’irez probablement pas au-delà. Souriez donc, et dites-vous que cet appel est une excellente nouvelle.

Demandez à votre interlocuteur comment il va.

Puisque vous ne connaissez pas a priori votre interlocuteur, il est naturel que celui-ci se présente. Introduisez un peu de cordialité dans l’échange. Il n’en sera que plus naturel. Profitez-en si vous le pouvez pour reprendre le nom de votre interlocuteur. C’est un vieux truc de PNL mais qui marche toujours.

– Bonjour Monsieur, puis-je parler à Monsieur [Votre Nom] ?
– Oui c’est moi.
– Bonjour Monsieur [Votre Nom]. Je suis Monsieur [Son Nom] de la société [Nom de la Société]. Je vous appelle car j’ai consulté votre CV… (ça peut durer un moment.)
– Oui, bonjour Monsieur [Son Nom]. Comment allez-vous ?

Posez des questions.

Le recruteur aura certainement des questions. Vous aussi et c’est normal. Prenez donc un instant pour qualifier cet appel. Il ne s’agit pas d’être exhaustif (ça c’est pour l’entretien en présentiel) mais plutôt de déterminer rapidement s’il s’agit d’une vraie opportunité.

  • Pouvez-vous s’il vous plaît me rappeler le nom de la société ? Je n’ai pas bien entendu.
  • Quel est l’intitulé du poste ?
  • En quoi consiste-t-il ?
  • Où est basée la mission ?
  • Etc.

Avec ça, vous devriez pouvoir déterminer si le recruteur a vraiment lu votre CV et si vous êtes intéressé.

Vendez votre expertise.

C’est le moment de replacer l’elevator pitch que vous avez préparé. Attention : pas question de le réciter tel quel. Au contraire, vous devez l’adapter aux informations que vous a fournies. Vous comprenez maintenant l’important de l’avoir préparé en amont : si vous devez tout reconstruire à chaque fois cela devient vite compliqué.

Prenez rendez-vous.

Il est temps désormais de passer à l’étape qui vous intéresse, c’est-à-dire décrocher un entretien en face-à-face. Montrez votre force de proposition en prenant l’initiative d’aborder le sujet. Pas besoin de faire des longueurs :

Ecoutez, votre offre m’intéresse et je pense être en mesure d’y pourvoir positivement. Peut-être devrions-nous convenir d’un rendez-vous pour approfondir le sujet.

La réponse habituelle est « Quand êtes-vous disponible ?»

Sachez ne pas être disponible et en tirer avantage.

Même si vous êtes très intéressé par le poste, sachez vous faire désirer. Ne soyez pas à la totale disposition du recruteur qui comprendrait alors que vous n’avez rien de plus intéressant. Au contraire, consultez réellement votre agenda et proposez un ou deux créneaux qui vous convienne. Après tout vous avez une vie active et pour l’instant c’est lui qui est en demande.

Concentrez-vous sur l’appel et évitez toute distraction.

Concluez l’appel en beauté.

Reste enfin à conclure cet échange qui n’a finalement pas été si difficile à mener (Allez ! Admettez que c’était simple !). Reprenez rapidement les éléments du rendez-vous :

– Donc j’ai noté que nous avions rendez-vous le [date/heure] à [lieu] pour parler du poste de [énoncé du poste] pour lequel je peux répondre à votre besoin. Puis-je avoir votre adresse email pour vous confirmer ces informations ?

[le recruteur vous donne son adresse que vous notez consciencieusement]

– Je vous remercie Monsieur/Madame [Son nom] et je vous dis donc à très bientôt.

– A très bientôt Monsieur [votre nom], au revoir.

– Passez une excellente journée/soirée. Au revoir.

Voilà ! Vous avez décroché un entretien d’embauche facilement et vous partez avec un a priori positif du fait de votre professionnalisme. La clé de cet exercice est des plus simple : pratiquez, pratiquez et pratiquez encore jusqu’à ce que cela vous semble parfaitement naturel. Et bien sûr, si vous avez besoin d’entraînement, contactez-nous !